En tant que partenaire de projets d’innovation, combien de fois ai-je entendu un-e entrepreneur-e réclamer un accompagnement qui lui apporte une vision globale, et qui soit aussi personnalisé, avec un suivi à chaque étape de son projet d’entreprise – que dis-je, son projet de vie !

 

Après les avoir interrogés, et même partagé leur quotidien, ils ont été pris littéralement au mot… Et c’est de ce constat qu’est née INNOVAflow.

Que ce soit un manque de vision globale du chemin de l’entrepreneuriat, par méconnaissance d’une approche marché & utilisateurs (le fameux ‘consumers insight’), ou tout simplement par manque de ressources (temps | homme | €), construire son projet d’entreprise et créer sa start-up n’est pas une sinécure !

 

Découvrez les 4 problématiques principales relevées lors de mes échanges avec ces aventuriers de l’entrepreneuriat !

INNOVAflow-entrepreneur

L’entrepreneur ‘schizophrène’ 

Un entrepreneur est d’abord un créateur d’entreprise : cela implique de solliciter le cerveau créatif. Et ce cerveau est incroyable : ludique, émotionnel, libre et infatigable. Il ne croit pas aux choses finies, pour lui le monde est plein de possibilités et il choisit d’être connecté à tout pour apprendre de presque n’importe quel stimulus*.

Savoir s’adapter aux changements, être mentalement flexible… Le cortex préfrontal gère ces aptitudes précieuses pour innover. Steve Jobs a dit que la créativité vient quand on apprend à connecter des éléments : c’est relier notre réalité aux expériences passées et oser créer des choses nouvelles et originales.

Paradoxalement, l’entrepreneur se doit de monter son affaire dans tous les sens du terme, y compris sur les aspects administratifs & financiers. Le fameux “Business Plan”. C’est le cerveau gauche qui est mis à forte contribution !

INNOVAflow-cerveau gauche et droit

Actuellement, aucune structure d’accompagnement ne propose de parcours permettant d’arriver à la construction globale d’un projet. Un dossier de 30 pages est généralement demandé en amont, ne serait-ce que pour demander justement un accompagnement ou une aide de financement. Le porteur de projet se retrouve seul dans cette démarche pourtant importante, et fastidieuse.

Et donc la machine se coince…

“Demander à un créateur de pondre tout seul, et avant toute confrontation au marché, un document avec une stratégie commerciale quand ce dernier n’a même pas complété un cycle de vente

Figer une vision pour les 3 prochaines années alors que son projet date de seulement 3 mois…

C’est mission impossible !”

 

Le manque d’efficience

 

En absence d’une feuille de route, les créateurs font systématiquement les mêmes erreurs, gaspillent un temps pourtant si précieux. Les choses sont souvent faîtes dans le désordre.

“Nous contactons les mauvaises personnes, nous investissons du temps et de l’argent au mauvais moment. Nous passons un temps fou à comprendre quel acteur apporte quoi, quel est son rôle dans notre projet, quand il doit intervenir ou pas, … etc.”

INNOVAflow-startupMobiliser les ressources temps et argent au mauvais moment peut mettre en péril le projet dans son ensemble! Quand on interroge les entrepreneurs, tous se disent, avec du recul, qu’ils ont gaspillé du temps par manque de méthodologie du projet. Créer une entreprise relève bien de la gestion de projet : cela passe par des phases, des étapes, des jalons et des livrables à réaliser avec certaines personnes ou institutions, sollicitées au bon moment. C’est une question de synchronicité des ressources… Et le temps c’est de l’argent !

“La santé et la compétitivité d’une entreprise dépendent de sa capacité à produire de la valeur en un temps record.”

Le créateur a, à sa disposition, un certain nombre de moyens & de programmes d’accompagnement. Institutions locales, publiques / privées, incubateurs et pépinières… Mais tous ces dispositifs n’apportent chacun qu’une brique à la construction du projet. Et les apports sont parfois en opposition…

 

Comment coordonner l’ensemble et extraire le meilleur parti de toutes ces contributions ?

 

C’est bien à cette question qu’INNOVAflow souhaite répondre, grâce à son parcours en 8 étapes, imaginés sous forme de taquin (le fameux jeu de notre enfance !)

TAQUIN BY INNOVAFLOW et le parcours 8 ETAPES

L’objectif est d’opérer en mode ‘mentorat de projet‘ = nous aimons dire que nous vous apprenons à pêcher, mais ne le faisons pas à votre place !

Le porteur de projet reste le décideur, la pierre angulaire du projet d’entreprise. INNOVAflow se met à ses côtés pour garder le cap, suivre une feuille de route collégialement construite et validée en début d’accompagnement, fournir des livrables visuels & synthétiques à chaque étape… et offrir la possibilité de remettre en cause les décisions, fonctionner en agilité!

Parce que le parcours n’est jamais linéaire, nous avons créé des parcours personnalisés : afin de répondre de manière pertinente & efficiente aux problématiques entrepreneuriales actuelles.

Le taquin by INNOVAflow

 

La déconnexion du créateur d’entreprise à sa cible

 

La première mission d’un créateur d’entreprise est d’apprendre à connaître son marché :

  • quels sont ses clients / cibles d’utilisateurs = définir ses ‘personae’
  • les utilisateurs sont-ils ceux qui achètent = prescription?
  • quels sont les ambassadeurs possibles = le marketing d’influence est un fort levier d’acquisition de clients
  • quelle est la taille du marché = déterminer le potentiel pour l’entreprise (sa part de marché)
  • quel est le potentiel de croissance = se donner un vision à 5 ans, avec un plan de déploiement de l’activité

Il est facile pour l’entrepreneur de se détourner de ce qui devrait occuper ses journées : acquérir cette connaissance marché, le fameux “consumer insight” pour les puristes. Accaparé par sa gestion quotidienne, il fait, en général, une unique étude de marché en début de projet (parce qu’elle est exigée par les structures d’accompagnement ou au moment des passages en comité de financement).

Or, la pertinence & la viabilité du projet viennent bien de la manière dont il répond aux besoin du marché… qui reste mouvant, changeant et volatile!

L’expérimentation est le meilleur moyen de s’assurer que le projet répond aux attentes des clients. Et pour cela, rien de mieux qu’un organisme qui met en relation les entrepreneurs et les clients potentiels! Et sans se limiter à une seule initiative isolée, tout au long de la construction du projet, avec une méthodologie & une manière de présenter le projet d’entreprise qui permet d’avoir un retour pertinent & représentatif !

Nous avons également observé qu’un créateur d’entreprise est rarement un commercial. Or le projet n’est jamais autant boosté que lorsqu’il est mis à l’épreuve d’un client.

 

Les méandres financiers & comptables

 

Rares sont les créateurs qui ont, dans leur champs de compétences, des notions financières et comptables adaptées à la création d’un société. Souvent, c’est lors de la création d’entreprise qu’ils découvrent les termes “business plan” | “prévisionnel de ventes” | “plan de financement” | “plan de trésorerie”.

Conclusion : le créateur est perdu dans ce domaine pourtant clé qu’est le financement avec ses règles du jeu, lui prenant un temps phénoménal, très pénalisant pour l’avancée du projet.

L’expert comptable est souvent sollicité : certes expert du bilan, mais l’est-il véritablement pour accompagner à la construction des dossiers de financement? pour les passages en comité en vue d’une levée de fonds? Bien souvent, la réponse est non…

  • Vous êtes porteur de projet, et vous connaissez le phénomène ‘montagnes russes de l’entrepreneuriat’ ?
  • Si vous aviez en face de vous un jeune entrepreneur et que vous aviez l’occasion de lui faire profiter de votre expérience, que lui conseilleriez-vous ?

À très vite pour de nouvelles aventures entrepreneuriales !

INNOVAflow : L’agilité innovante & le mentoring de vos projets

[LE SAVIEZ-VOUS ?]

Selon une récente étude du cabinet Deloitte**, la durée de vie d’une compétence est passée de 30 ans à… 5 ans. D’où le recours de plus en plus fréquent aux indépendants, freelances experts et travailleurs « à la tâche » , nommés “emplois alternatifs”, par les entreprises afin de s’adapter rapidement aux évolutions du marché. Phénomène appelé ‘Gig Economy’ = Ce terme emprunté au monde de la musique désigne l’économie des ‘petits boulots’, à l’instar des musiciens payés à la prestation après chaque gig (concert).

* https://nospensees.fr/cerveau-creatif-esprit-libre-emotionnel-et-connecte/

** Étude Deloitte sur les tendances RH 2019 « Devenez une entreprise sociétale ! Placez l’humain au centre de vos projets ». Étude disponible uniquement en anglais ici.