S’inscrire dans une démarche de sobriété numérique consiste à mettre en place des solutions pour limiter l’impact de nos usages du digital.

Plusieurs types d’actions sont possibles : bien choisir son matériel et ses logiciels, adopter des bonnes pratiques pour la création de son site web et pour sa communication, bien gérer la fin de vie de ses équipements.

Dans cet article, nous allons plus précisément parler des bonnes pratiques pour réduire l’impact environnemental de son site web.

 

Pourquoi un site web a-t-il un impact environnemental ?

 

Pour commencer, il faut bien avoir en tête qu’un site est accessible grâce à un serveur stocké dans un data center allumé 24h sur 24. Accéder à votre site consomme des ressources. Pour faire simple, plus le poids d’une page est important plus l’énergie consommée pour l’afficher sera importante. D’autres paramètres entrent également en jeu et nous y reviendrons.

Avec l’augmentation du nombre de sites web et de l’usage d’internet, l’impact environnemental du numérique ne cesse d’augmenter depuis plusieurs années.

Pour stopper cette spirale négative, il est temps de passer à l’action en mettant en place quelques bonnes pratiques.

Saviez-vous que l’essentiel de l’impact d’un site web est lié à la phase de conception ? Pour répondre à cette problématique, l’éco-conception web vise à rendre un site web moins gourmand en ressources.

 

Misez avant tout sur l’éco-conception de votre site web

 

Les impacts d’un site web sont avant tout liés à des fonctionnalités qui sont inutiles.  Le fondement de l’éco-conception est donc de réaliser un site sobre et efficace qui répond avant tout au besoin de votre persona. Exit donc le site qui est « joli » ou qui plaît à votre associé et à vos amis.

Un des principaux pièges est de vouloir suivre à tout prix les tendances car elles ne sont pas toujours fondées sur des besoins utilisateurs. Par exemple, saviez qu’un carrousel en page d’accueil est inutile ? En effet, des études statistiques montrent que le 2ème visuel n’est quasiment jamais cliqué.

De manière générale, gardez en tête que les graphistes n’ont pas toujours la vision des ergonomes et des marketeurs. Soyez donc vigilant sur le choix de votre thème et de vos templates lors de la création de votre site web. Optez pour les modèles les plus légers possibles. Si vous utilisez WordPress, il existe des thèmes éco-conçus.

 

Les 3 piliers d’un site web éco-conçu

 

Attention, on rentre un peu dans la technique 😊 Une démarche d’éco-conception de site web repose sur 3 piliers.

Les pages doivent être de faible complexité et pouvoir s’afficher sur un modèle ancien de téléphone. On parle de DOM, c’est-à-dire, pour simplifier, de la structure de la page HTML chargée par le navigateur. Plus la page est complexe, plus la taille de la DOM est conséquente.

Le poids d’une page doit être le plus optimisé possible sinon il faudra plus de RAM et de consommation de bandes passantes pour y accéder.

Enfin, le nombre de requêtes doit être réduit au minimum. Concrètement, plus la page fait appel à d’objets (images, typographie non native, vidéo) plus elle est lourde.

 

4 réflexes à adopter dès maintenant

 

On vous a perdu ?  Pas de panique, voici quelques réflexes concrets à mettre en place pour respecter au mieux ces trois piliers.

De manière générale, focalisez-vous sur ce qui est utile pour l’utilisateur. N’hésitez pas à supprimer les éléments n’ayant aucune valeur ajoutée: un visuel qui n’apporte rien, un carrousel (on insiste !), une google maps (les gens savent aller directement sur le site)…ou une animation flash (bon, normalement cette époque est révolue 😊).

Soyez particulièrement attentif lors de l’intégration de vidéos Youtube. Si vous copiez-collez leur code d’intégration, cela va générer plusieurs requêtes pour précharger la vidéo. Si la vidéo est vraiment indispensable, la meilleure pratique reste de mettre un visuel de capture de la vidéo. Le player sera ensuite chargé uniquement si l’internaute clique dessus. Mais peut-être qu’un simple podcast pourrait suffire après tout ?

Pensez à toujours optimiser le poids des médias avant l’intégration dans votre CMS. Redimensionnez l’image en regardant son utilisation la plus large sur le site et compressez l’image avant de l’ajouter au site (tiny png peut vous y aider).

Enfin, évitez l’infinite scroll. Aussi appelé « scroll infini », il consiste à présenter une grande liste de produits sur une seule et unique page. Les produits s’affichent au fur et mesure que le visiteur descend sur la page sans autre action de sa part. Cette technique, souvent utilisée sur les sites e-commerce, alourdit considérablement une page en chargeant plus de code HTML.

 

Une routine d’éco-conception de site web à mettre en place

 

Votre site et votre projet vont être amenés à évoluer dans le temps. Pour garder le réflexe de l’éco-conception web, vous pouvez mettre en place cette petite routine. Dès que vous pensez à une nouvelle fonctionnalité sur votre site web, posez-vous ces trois questions :
– sert-elle mes propres objectifs d’entreprise ?
– sert-elle mon audience ?
– existe-t-il des alternatives plus légères pour atteindre le même résultat ?

 

Pour aller plus loin dans la démarche de site web éco-responsable

 

L’éco-conception de site web doit être une priorité mais n’est pas l’unique solution pour réduire l’impact environnemental de votre site internet.

Le choix de l’hébergement permet de réduire l’impact d’un data center.
La mise en place d’une stratégie de content marketing fondée sur du contenu de qualité et durable s’inscrit également dans une démarche de sobriété numérique.

 

Des outils pour évaluer l’impact environnemental de votre site Web

 

Pour terminer, vous pouvez auditer l’impact environnemental de votre site web. Il existe de nombreux outils que notre agitateur et spécialiste de l’éco-conception web Sébastien Ruffer liste dans son article sur les outils pour évaluer l’impact environnemental de son site web.

Le service EcoIndex.fr est victime de son succès mais l’extension Green IT analysis fait parfaitement le job en attendant.

Alors prêt à passer à l’action ?

Du côté d’Innovaflow, les points d’amélioration sont identifiés et sont en cours de mise en place 😉

 

INNOVAflow : L’agilité innovante & le mentoring de vos projets